no-cover

La tempête n’épargne pas la Gironde

Like
65
0
samedi, 24 janvier 2009
Environnement

BORDEAUX/TOULOUSE (Reuters) –
Les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, et les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales ont été secoués par des rafales dépassant parfois 170 km/h.
Les intempéries et leurs conséquences ont fait trois morts dans les Landes : un homme a été retrouvé sans vie dans le nord du département, un autre a été percuté par un débris volant dans son jardin et un troisième a été victime de la chute d’un arbre sur sa voiture.
Les intempéries ont aussi fait une douzaine de morts en Espagne.
Dans le Gers, un pompier a été grièvement blessé par la chute d’un arbre lors d’une intervention mais ses jours ne seraient pas en danger, selon la préfecture.
Après avoir fait de gros dégâts dans les départements proches de l’Atlantique, la « dépression cyclonique », selon les termes de Météo France, s’est étendue dans le cours de la journée aux régions Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon.
Le président Nicolas Sarkozy a dit qu’il se rendrait dans le Sud-Ouest dimanche.
La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a annoncé l’envoi de plus de 700 hommes en renfort. Son collègue de l’Agriculture, Michel Barnier, a indiqué que la France ferait appel à la solidarité européenne pour faire face aux conséquences de la tempête.
La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, appelle pour sa part dans un communiqué les assureurs à « faire preuve d’une mobilisation exemplaire ».
INTENSITÉ COMPARABLE À LA TEMPÊTE DE 1999
Dans la nuit de vendredi à samedi, puis toute la journée de samedi, des vents violents accompagnés de pluie ont entraîné des chutes d’arbres sur des lignes électriques, privant de courant jusqu’à 1,2 million de personnes, selon Electricité réseau distribution France (ERDF).
Les coupures d’électricité ont concerné jusqu’à 340.000 foyers dans les Landes, et plus de 200.000 en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques. Dans les Pyrénées-Orientales, la chute de la principale ligne à très haute tension a privé d’électricité près de 300.000 foyers, selon la préfecture.
Des rafales de vent ont été enregistrées à 170 km/h environ au Cap-Ferret, sur le bassin d’Arcachon, 162 km/h à Bordeaux, 159 km/h à Biscarrosse, dans le nord des Landes, et 183 km/h à Cap Creus, à la frontière franco-espagnole.
Le plan Orsec a été déclenché dans les Landes, entraînant la mobilisation d’une centaine d’hommes de la sécurité civile.
Dans l’Aude, où des rafales ont été enregistrées à 169 km/h, le préfet, Bernard Lemaire, a interdit toute circulation sur l’ensemble des routes à tous les véhicules.
Cette tempête rappelle celle de décembre 1999, qui avait fait 88 morts et d’énormes dégâts dans tout le pays.
« Il est vraisemblable que cette tempête intéresse une zone géographique plus limitée qu’en décembre 1999 mais elle risque d’être d’intensité comparable », explique Météo France sur son site internet.
« En 1999, nous étions arrivés à près de quatre millions de foyers privés d’électricité. Nous avions mis plus de trois semaines à rétablir le courant partout », a déclaré sur Europe 1 Michel Francony, le président d’ERDF.
A Bordeaux, le trafic des bus et de tramways a été suspendu par mesure de sécurité.
REPRISE DU TRAFIC SNCF À BORDEAUX
Le trafic ferroviaire a été interrompu pendant plusieurs heures dans les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et dans les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales.
Il a progressivement repris à la mi-journée au départ de Paris-Montparnasse et de Bordeaux « mais des retards sont à prévoir », précise la SNCF dans un communiqué.
Le trafic des aéroports de Toulouse-Blagnac et Bordeaux-Mérignac a été interrompu avant de reprendre progressivement, tout comme la circulation sur le pont d’Aquitaine, qui enjambe la Garonne au nord de Bordeaux.
La circulation a été interdite également sur les ponts menant aux îles de Ré et d’Oléron, en Charente-Maritime.
Un méthanier de GDF, le « Provalys », s’est retrouvé en difficulté dans le golfe de Gascogne, victime d’un problème technique en pleine tempête.
« A ce stade, il n’y a pas de danger pour les biens et les personnes », a précisé un porte-parole de Gaz de France.
Dans tous les départements touchés, des milliers d’appels ont été enregistrés par les services de secours pour signaler des chutes d’arbres qui coupent totalement ou partiellement de nombreuses routes, des toitures arrachées et des caves ou sous-sols inondés.
Claude Canellas et Nicolas Fichot, avec Elizabeth Pineau et Estelle Shirbon

partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gold FM